Les coups de coeur de l’équipe

Les employés de la bibliothèque vous invitent à découvrir leurs livres coup de coeur!

livre

La chorale des dames de Chilbury,

De Jennifer Ryan

Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation

Angleterre, début de la Seconde Guerre mondiale. Primrose, récemment arrivée à Chilbury, invite les femmes du village à transgresser le décret du pasteur qui a fermé la chorale, en l’absence des hommes. Le groupe réunit : une veuve inquiète pour son fils envoyé au front, Vénétia la plus belle fille du village, Silvie une réfugiée juive pleine de secrets et une sage-femme un peu louche.

Nous suivons toutes ces femmes avec bonheur, sans jamais nous perdre. L’humour alterne avec des parties d’ombre, mais toujours du point de vue des femmes de ce village, la petite histoire dans la grande. Bien écrit, fluide, ce livre est un beau plaisir de lecture.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

livre

Le diable de la Tamise

De Annelie Wendeberg

Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 

Londres, 1889. Quand une victime du choléra est retrouvée dans la Tamise, le Dr Anton Kronberg, bactériologiste de son état, est appelé pour confirmer les causes du décès.  Les choses auraient pu en rester là si les résultats intrigants de l’autopsie n’avaient poussé le docteur à s’intéresser de plus près à cette affaire. Alors que Scotland Yard souhaite classer ce cas, Kronberg se rapproche de Sherlock Holmes. Il ne faut que peu de temps au célèbre détective pour percer le secret du jeune médecin. Un secret qui pourrait le mener droit en prison s’il venait à être révélé. Ils devront unir leurs forces pour débusquer un redoutable criminel.
 
Premier tome d’une trilogie, une enquête policière et médicale dans un Londres Victorien  insalubre. Le docteur Kronberg cache un secret que je vous laisse découvrir mais qui ajoute beaucoup de piquant à l’histoire.  L’intrigue se tient et est très bien développée.  Sherlock Holmes est fidèle à lui-même, pour notre plus grand bonheur, que dire de plus. 

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

Déracinée

De Naomi Novik

Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 

L’intrépide Agnieszka habite avec sa famille le village de Dvernik, situé tout près du bois maléfique. Ils ont pour protéger le village, le Dragon, un puissant mage. Tous les dix ans, en échange de cette protection, ce dernier choisit une jeune fille. Dix ans plus tard, cette dernière est libérée, irrémédiablement changée et perdue pour les siens. Le jour fatidique du choix approche, tout le monde sait qu’il choisira la très gracieuse Kasia. Agnieszka tremble pour sa meilleure amie, mais rien ne se passe comme prévu et ce n’est pas Kasia que le Dragon désigne.
 
Un conte, avec de la magie, une héroïne courageuse, des créatures maléfiques. La grande quête du bien contre le mal, un roman de fantasy prenant et envoûtant. 
 
Gagnant des Prix Locus et Nebula.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

Hadassa

De Myriam Beaudoin

Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 

Une professeure de français s’intéresse au milieu et aux traditions dans lesquels vivent les écolières juives orthodoxes auxquelles elle enseigne. Elle s’attache à Hadassa, une élève rêveuse et fragile. En parallèle, nous suivons la naissance des amours d’un jeune épicier Polonais fraîchement débarqué à Montréal. 
 
Roman tendre, roman d’ouverture, ce livre lève le voile sur la communauté Hassidique de Montréal, si près et si loin en même temps. Myriam Beaudoin dresse un portrait sensible de cette communauté. Un livre positivement dépaysant.
 
Récipiendaire du Prix des collégiens et du prix France-Québec.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers

De Benjamin Alire Saenz

Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation

Le très long titre étrange de ce roman pourrait refroidir certains lecteurs et je dois avouer que, si je n’avais pas lu autant de critiques élogieuses, je ne l’aurais sûrement pas choisi. C’est donc sans aucune attente que je me suis lancée dans cette lecture, qui deviendrait mon nouveau coup de cœur…

Aristote et Dante sont deux adolescents plutôt solitaires qui font connaissance durant un été. Très différents, mais tous deux en quête de leur identité, ils se questionnent sur les mêmes sujets, tout en ayant chacun leur propre façon de voir la vie. Au fil de notre lecture et à travers les yeux d’Ari, nous suivons leur quotidien, leurs réflexions, leurs interrogations et leurs apprentissages, tout en étant témoin de l’évolution d’une amitié profonde et sincère entre les deux garçons.

Bien écrit, ce roman aux chapitres courts nous offre une lecture douce, agréable et fluide qui nous accroche dès les premières phrases. Traitée avec subtilité et réalisme, la relation entre les deux adolescents nous touche et nous emporte par son authenticité et sa beauté. Une très belle découverte côté jeunesse, que je recommande fortement aux lecteurs plus âgés!

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture variations fantôme

Les variations fantômes

De Régis Descott

Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation

Ça commence par des claquements de portes et des coups frappés contre les murs.  À l’Étoile, vieux château perdu au fond des bois, les morts ne reposent pas en paix.  Pour le propriétaire, riche financier, l’esprit qui le harcèle va devoir se soumettre ou disparaître.
 
C’est la mission du Dr Morel, psychanalyste devenu médium, et de ses six apprentis aux dons mystérieux.  Leila, l’infirmière discrète, la belle Vicky, agente immobilière, Luca, le cuisinier italien, ou encore Serge, le pianiste solitaire.  Ensemble, ils vont devoir comprendre ce qui s’est passé entre ces murs.  Mais, à mesure que les indices s’accumulent, il devient de plus en plus difficile d’échapper à leur emprise.  
 
Une descente aux enfers qui rappelle le roman Dix petits nègres d’Agatha Christie tant par sa construction que pour son style rétro.  L’ambiance est lourde comme le brouillard qui entoure le manoir.  Dans ce huis clos il y a du suspense et des frissons pour retrouver le plaisir d’un bon roman de fantômes.  

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture diner avec edward

Dîner avec Edward 

D’Isabel Vincent. Presses de la cité, 2018
Coup de cœur de Micheline Bergeron, technicienne en documentation
 

Née à Toronto, Isabelle Vincent a fait carrière aux États-Unis en tant que reporter pour le New York Times Magazine, Le New Yorker, le Time et le New York Post.

Roman autobiographique, Isabel, la narratrice-personnage, habite New York pour y faire carrière. Le Dîner avec Edward s’inspire de l’expérience de l’écrivaine qui a accepté de dîner avec le père d’une amie qui vivait à Toronto et qui s’inquiétait pour son père seul à Manhattan. Âgé de 93 ans, il venait de perdre sa femme chérie, Paula, après 69 ans de mariage.

Edward s’avéra être un remarquable cuisinier, en plus posséder un bon sens de l’humour et une sage philosophie de vie. Un homme original qui s’intéresse aux autres et sait les écouter. Leurs rencontres dînatoires, de plus en plus fréquentes, sont devenues des rituels où s’est développée une sincère amitié.

Le plaisir partagé de la bonne cuisine a réuni deux êtres de solitude : Edward qui doit apprendre à vivre sans Paula, et Isabel en pleine crise conjugale se sent bien seule elle aussi. Ils se sont rencontrés, se sont confiés, se sont fait du bien pendant une période difficile de leurs vies, à un moment où ils étaient tous les deux vulnérables.

Dîner avec Edward témoigne du pouvoir de l’amitié et de la résilience. Une lecture si près de la fragilité de la vie, et du privilège de profiter des moments partagés du quotidien. Une lecture qui fait du bien au cœur, au corps (cuisine), et à l’âme.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture homme poisson

Le sourire étrange de l’homme poisson

De Tom Avery
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation
 

Prix de la Québec Writer’s Fédération. Prix Paragraphe Hugh Maclennan. 2017

Ned est sévèrement atteint de fibrose kystique et a été retiré de l’école lorsque la maladie a trop progressé. Son jumeau Jamie est en santé, mais il a choisi de quitter l’école par solidarité. Les deux frères sont donc toujours ensemble et partagent tout. Vrais passionnés de Star Trek, Jamie et Ned profitent de chaque temps libre pour enfourcher leur vélo et partir à l’aventure. Alors métamorphosés en grands explorateurs, ils s’amusent à parcourir la plage à la recherche de trésors échoués, qu’ils rapportent à la maison pour enrichir leur collection bien rangée dans le garage.
 
Lors d’une expédition, les garçons découvrent une étrange créature mi-homme, mi-poisson, qu’ils décident de ramener avec eux. Caché dans le garage, cet homme-poisson est leur secret, mais bien vite, Jamie comprend que son frère développe un lien particulier avec lui. Jaloux et délaissé, il espère toutefois que la créature soit venue pour guérir Ned, car malgré les jeux et les aventures, la fin inévitable est bien présente.
 
Un très beau roman sur le deuil et l’amour fraternel, écrit avec finesse et qui se lit sans effort.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture virginie Grimaldi

Tu comprendras quand tu seras plus grande

De Virginie Grimaldi
Coup de cœur de Marjolaine Saindon, technicienne responsable de succursale

Une jeune femme en peine d’amour débarque comme psychologue dans une maison de retraite. Au fil des jours elle réalise que les pensionnaires malgré leur âge avancé ont beaucoup à lui apprendre. Une histoire à savourer, un roman qui fait du bien, humain et tendre. Une écriture pimpante et énergique.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture hôtel lonely hearts

Hôtel Lonely Hearts

Heather ONeill
Coup de cœur de Micheline Bergeron, technicienne en documentation
 

Prix de la Québec Writer’s Fédération. Prix Paragraphe Hugh Maclennan. 2017

Montréal, 1914, deux bébés abandonnés par des mères adolescentes sont confiés aux religieuses d’un orphelinat. Tous les orphelins se prénomment Marie et Joseph, mais pour ces deux enfants, l’une est surnommée Rose, à cause de la couleur de ses joues lorsqu’elle a été retrouvée dans la neige, et le garçon répond au surnom de Pierrot, en référence à sa pâleur et à son sourire un peu niais. Ils grandissent dans ce milieu austère où les abus et les sévices corporels sont leur quotidien.
 
Rapidement ces deux enfants se démarquent des autres. Pierrot joue magnifiquement du piano, et Rose excelle en danse et en pantomime. Ils unissent leurs talents d’amuseurs et se produisent dans les salons bourgeois de la ville. Très tôt ils s’aiment d’un amour absolu, et ensemble ils se construisent un avenir commun ; ils rêvent de monter un spectacle de clowns : « La Grande fantasmagorie des flocons de neige. »
 
La Grande Dépression frappe lorsque les deux adolescents quittent l’orphelinat et sont séparés. Pierrot devient le protégé d’un bourgeois excentrique qui apprécie son talent musical, tandis que Rose est embauchée comme nounou par un puissant propriétaire de bordels qui devient son amant et protecteur.  Des destins marqués par la maltraitance, la pauvreté, la prostitution et la drogue. Deux êtres, qui pendant une vie entière, vont se perdre et se retrouver. 
 
Rose et Pierrot sont des personnages créatifs, débrouillards, inventifs, combatifs et résilients, qui tentent, tant bien que mal, d’améliorer leurs conditions de vie. Des personnages attachants dont les personnalités contribuent à créer une atmosphère romanesque empreinte d’espièglerie, de rêve et d’espoir.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque.

couverture le pacte des soeurs

Marie et Bronia : Le pacte des sœurs 

De Natacha Henry
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation
 

Je connaissais Marie Curie, mais j’ignorais tout de son aînée Bronia Dluska, une des premières femmes gynécologues, qui a consacré sa thèse à l’allaitement maternel. Dans ce roman historique, l’auteure nous raconte la jeunesse de ces deux sœurs douées pour les études qui ne peuvent aller à l’université dans leur Pologne occupée. Les Russes, qui contrôlent tout, interdisent aux femmes l’accès aux études supérieures.

Ambitieuses et passionnées par les sciences, les deux sœurs décident de fréquenter une université clandestine au risque d’être emprisonnées, mais réalisent rapidement qu’elles sont limitées dans leur progression. 
Une seule solution s’offre à elles, quitter la Pologne pour poursuivre des études en France… 
 
Encouragées par un père très avant-gardiste qui, malheureusement, est incapable de subvenir aux besoins des jeunes filles à Paris, Marie propose à sa sœur de prendre un poste de gouvernante et de lui envoyer l’argent nécessaire à ses études. Aussi, une fois diplômée, Bronia devra faire de même pour elle. C’est ainsi que, dans l’obscurité de leur petite chambre, elles scelleront un pacte qui les mènera aux portes de la Sorbonne…
 
Nées de parents aimants et bénéficiant d’une éducation moderniste, les deux sœurs Sklodowski réussiront à percer, avec détermination et courage, là où aucune femme ne l’avait fait auparavant.  
 
« C’est ainsi qu’en grandissant avec un père favorable à l’égalité des sexes, à l’éducation de tous les enfants et à la culture générale, les enfants de Wladyslaw acquirent un trésor; la confiance en soi. Le plus beau cadeau que l’on puisse espérer. »

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture la vie du bon côté

La vie du bon côté 

De Keisuke Hada (traduit du japonais)
Coup de cœur de Micheline Bergeron, technicienne en documentation
 

Hada a publié pour la première fois à l’âge de 17 ans, et il est à ce jour l’auteur d’une dizaine de romans. La vie du bon côtéest son premier titre traduit en français.

Kento, vingt-huit ans, sans emploi, est revenu vivre chez sa mère où y loge déjà son grand-père maternel âgé de quatre-vingt-huit ans.  Cette cohabitation obligée place le petit-fils et le grand-père dans cette même situation d’inactivité, d’oisiveté, de dépendance, de désarroi et d’ennui. Tous deux alités, l’un souffrant de symptômes importants du rhume des foins, et l’autre sans activité dû à son âge.

Au début, pour Zento son grand-père est une « présence agaçante », d’autant plus que le vieillard ne cesse d’exprimer son désir de mourir vitement et sans souffrance pour ne pas déranger, pour ne plus être un fardeau pour sa famille.  Mais la vie au quotidien de ces deux êtres, à des âges si différents, créera une dynamique qui influencera positivement le présent et le futur de chacun.  Une rencontre intergénérationnelle qui ouvre la réflexion sur la vieillesse, la place des personnes âgées dans nos sociétés, le goût à la vie, la mort, l’aide médicale à mourir, la famille et les relations entre ses membres.

C’est avec humour et originalité qu’Hada nous dépeint la réalité de ces deux personnages, des liens et de l’entraide qui se tissent entre eux, et l’influence que chacun aura sur l’autre.  

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture le dimanche des mères

Le dimanche des mères

De Graham Swift 
Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 

Angleterre, 1924, comme chaque année, les aristocrates donnent congés à leurs domestiques pour qu’ils rendent visite à leur mère, le temps d’un dimanche. Jane, la jeune femme de chambre des Niven est orpheline, elle en profite pour retrouver Paul Sheringham, jeune homme de bonne famille et son amant de longue date. Ce dernier doit épouser la riche Emma Hobday mais ce dimanche va tout changer.

Pour ce dernier et ultime rendez-vous avant le mariage de Paul, Jane est invitée à la riche demeure de son amant. Ce livre est un voyage dans la campagne anglaise de 1924, nous pouvons presque sentir le parfum des fleurs et le vent chaud de cette journée de la fête des mères. Ce court roman est un polaroid d’un moment secret entre deux amants, livre doux, lent et très sensuel.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture la guerre de Catherine

La guerre de Catherine

D’après le texte de Julia Billet. Adapté et mis en images par Claire Fauvel. 
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation 
 

Inspirée d’une histoire vraie, La guerre de Catherine est une bande dessinée adaptée du roman éponyme de Julia Billet publié en 2012. L’auteure s’est inspirée du vécu de sa propre mère qui fût pensionnaire à la Maison de Sèvres durant l’occupation allemande.

Tout au long de l’album, on suit Rachel, une adolescente juive, envoyée par ses parents à l’internat au début de la guerre pour sa sécurité. Seule et sans nouvelle d’eux, notre héroïne mène malgré tout une vie paisible dans cette école novatrice où les enfants, entourés de professeurs dévoués, ont beaucoup de liberté. C’est d’ailleurs durant son séjour là-bas que Rachel est initiée à la photo et qu’elle développe une véritable passion pour cet art.

Malheureusement, les Allemands progressent et les premières mesures antisémites tombent. Rachel et les autres pensionnaires juifs ne sont plus en sécurité à la Maison de Sèvres et doivent fuir. Les enfants changent d’identité et, avec l’aide d’un réseau de résistants, sont relocalisés un peu partout dans le sud de la France. Pour Rachel, devenue Catherine, débute alors un long parcours durant lequel elle croisera de nombreux inconnus, qui n’hésiteront pas à risquer leur vie pour la protéger. Ces rencontres la marqueront à jamais.

Touchant et plein d’humanité, La guerre de Catherine a obtenu le Fauve jeunesse au dernier Festival d’Angoulême.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture le bizarre incident du chien pendant la nuit

Le bizarre incident du chien pendant la nuit

De Mark Haddon
Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 
Qui a tué Wellington, le grand caniche noir de Mme Shears, la voisine? Christopher Boone, 15 ans, trois mois et deux jours, décide de mener l’enquête.  Christopher aime les listes, les plans, la vérité. Il comprend les mathématiques et la théorie de la relativité. Le problème c’est que Christopher ne s’est jamais aventuré plus loin que le bout de sa rue. Quand son père lui demande d’arrêter ses investigations, Christopher refuse d’obéir.  Au risque de bouleverser le délicat équilibre de l’univers qu’il s’est construit.

Ce roman est le journal de Christopher, jeune autiste de 15 ans. Il est rempli de croquis, plans et formules qui agrémentent la lecture. Au fil des pages, nous suivons son enquête et voyons le monde à travers ses yeux. Une histoire vivante et amusante, mais aussi tendre et touchante. 

Gagnant de nombreux honneurs, ce livre a aussi été adapté pour le théâtre.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture dans la forêt de hokaido

Dans la forêt de Hokkaido 

De Éric Pessan
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation
 
Un matin, Julie se réveille en hurlant. Elle a fait un rêve étrange. Elle était un petit garçon japonais abandonné volontairement par ses parents en pleine forêt. Hypersensible et dotée d’un don de télépathie, l’adolescente réalise rapidement que ce rêve n’en est pas vraiment un et que l’enfant en détresse existe réellement. Touchée par cet inconnu terrifié qui ne comprend pas comment ses parents ont pu l’abandonner, Julie décide de veiller sur lui à distance. Elle découvre qu’elle peut interagir avec le garçon durant son sommeil, contrôler ses gestes et influencer ses décisions. Julie s’efforce de le guider, afin qu’il survive.
 
Inspiré d’un fait réel survenu en 2016, ce roman, mêlant réel et surnaturel, nous accroche dès les premières lignes. Que l’on soit adepte ou non du genre fantastique importe peu. Très vite on s’habitue à l’idée que cette histoire peut être vraie, possible, plausible… on tourne les pages anxieusement, préoccupé uniquement par le sort de Julie et du petit garçon.
 

Un roman original, dépaysant, plein de suspense et d’émotions, qui se lit facilement. Une belle découverte!

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture le choix de rudi

Le choix de Rudi

De Françoise Dargent 
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation 

Le choix de Rudi nous transporte en Russie en pleine époque stalinienne. Une période difficile où le peuple souffre de la faim et du froid, en plus de vivre continuellement dans la peur d’être arrêté pour trahison et envoyé dans les camps du Goulag. L’état contrôle tout, les gens sont endoctrinés et ils ne jouissent d’aucune liberté. 

Dès son plus jeune âge, Rudi sait qu’il veut danser. Quand il s’exécute, il se sent vivant, complet, heureux. Issu d’une famille très pauvre et avec un père déçu du jeune homme qu’il est devenu, Rudi n’aura pas un parcours facile. Il devra se battre pour réaliser son rêve, celui de devenir le plus grand danseur étoile jamais connu.

Ce roman, oscillant entre la biographie et la fiction, est librement inspiré de l’enfance et de l’adolescence de Rudolf Noureev, le plus grand danseur classique de tous les temps. L’auteure nous offre une lecture facile et agréable, qui nous accroche dès les premières lignes. Rudi est arrogant, prétentieux et parfois égoïste, pourtant il nous touche profondément et on veut le voir réussir.

Il n’est pas nécessaire d’aimer la danse pour apprécier Le choix de Rudi. Ce roman, c’est plutôt l’histoire d’un homme sûr de lui, courageux et persévérant qui refusera toujours de se soumettre à la politique du pays. C’est d’ailleurs cette soif de liberté qui lui permettra d’atteindre son but. Impossible de refermer ce livre sans éprouver une réelle admiration pour toute cette force et ce talent. 

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture la déesse des mouches à feu

La déesse des mouches à feu

De Geneviève Pettersen 
Coup de cœur de Tanya Peneda, préposée aux prêts

J’ai lu La déesse une fois. Je l’ai déposé, je l’ai repris, je l’ai recommencé… Il y a de ces livres qui vous touchent à un point tel que les lire une seule fois n’est pas assez ! Catherine, 14 ans, parents récemment divorcés, été 1996 à Chicoutimi-Nord… Tous les éléments sont là pour que les choses se passent ! Geneviève Pettersen manie avec grâce, dans ce premier roman, le langage imagé et riche des jeunes de Chicoutimi. C’est eux qu’on suit, si touchants si perdus, déambulant dans la ville, flânant au centre d’achats, cachés dans le fin fond du bois… Ça semble banal, mais ça ne l’est pas; c’est même difficile à décrire, cette façon que l’auteure a eu de raconter leur histoire. Elle le fait en tout cas sans détour, sans compromis, en rendant très justement l’intensité de l’adolescence et des premières fois. Les nostalgiques se plairont à reconnaître dans le texte la panoplie de références à la culture populaire des années 90, et à se rappeler leurs propres premières fois en souriant…

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture L’île aux mensonges

L’île aux mensonges

De Frances Hardinge 
Coup de cœur d’Amélie Poisson, technicienne en documentation 
 
Faith est une jeune fille de 14 ans curieuse, vive d’esprit et intéressée par les sciences. Depuis toujours, elle rêve d’assister son père, un grand naturaliste reconnu, dans ses recherches. Cependant, elle est née en 1846, une époque où les femmes sont considérées moins intelligentes que les hommes. Chaque jour est là pour lui rappeler qu’elle est une fille et qu’une fille n’est rien d’autre qu’un fardeau pour un père. Faith sait que sa vie et son aisance future dépendent d’un mariage. Elle doit donc faire preuve d’humilité, obéir aux convenances et surtout cacher son savoir, si elle veut, un jour, trouver un mari.
 
Mais voilà qu’après avoir quitté Londres avec sa famille sous prétexte de participer à des fouilles archéologiques, le père de Faith est retrouvé mort au pied d’une falaise. De mauvaises langues l’accuseront d’avoir eu recours au suicide et il sera privé d’une sépulture décente. La famille risque aussi de perdre tous ses biens. Malgré l’enquête du coroner en cours, Faith décide d’effectuer ses propres recherches. Elle est persuadée que son père a plutôt été assassiné et elle est prête à tout pour défendre son honneur et faire éclater la vérité.
 

Mêlant habilement le genre fantastique, suspense, roman policier et roman historique, Frances Hardinge nous présente une héroïne dégourdie, courageuse, déterminée et en avance sur son temps. L’île aux mensonges est un roman captivant, qui nous offre aussi une réflexion intéressante sur l’évolution de la réalité des femmes et des adolescentes. Il a été récompensé, en 2015, par le prestigieux prix Costa (l’équivalent du prix Goncourt en Angleterre).

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture l'écliptique

L’écliptique

De Benjamin Wood 
Coup de cœur de Micheline Bergeron, technicienne en documentation 
 
Des artistes reconnus provenant de différentes disciplines se retrouvent au refuge de Portmantle sur une île au large d’Istanbul. L’existence même de ce lieu est gardée secrète afin que les pensionnaires rassemblés dans cet espace clos pour « sauver leur esprit épuisé » puissent travailler en dehors des pressions et exigences de leurs milieux.
 
Korell, pseudonyme d’une peintre écossaise (Elspeth Conroy), est la narratrice-personnage par laquelle nous est racontée l’histoire. Tous les artistes portent un pseudonyme qui leur est attribué à leur arrivée afin de vivre dans l’anonymat. Ces artistes en retraite sont, entre autres, MacKinney (dramaturge), Quickman (romancier), Pettifer (architecte), et Fullerton (bédéiste).
 
Le roman se divise en trois parties. La première partie s’ouvre sur l’arrivée à Portmantle de ce jeune de dix-sept ans, Fullerton.  On y découvre les règles et les conditions d’admission et de vie sur l’île, et on connaît l’univers créatif de ces artistes qui vivent dans cet isolement une forme de stabilité, jusqu’au jour du drame. Dans la deuxième partie nous suivons le parcours artistique d’Elspeth Conroy : ses débuts, ses études, l’art et le geste de peindre, la composition d’un tableau, les personnes marquantes de sa vie d’artiste, les expositions et les critiques. La troisième partie nous ramène au refuge en plein cœur du drame de la perte de Fullerton, du questionnement et des émotions que suscite cet  événement dans la poursuite de leur séjour et de leurs parcours créatifs.
 

Ce roman démontre, manifeste, explore, réfléchit sur ce qu’est l’Art, et la quête incessante de l’artiste vers l’accomplissement et l’expression de son imaginaire, de sa créativité. Un roman qui plaira à celles et ceux qui s’intéressent à l’Art et à toute démarche artistique.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture Le bois du Rossignol

Le bois du Rossignol

De Stella Gibbons 
Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 
Les amateurs d’humour anglais et de romance seront comblés avec ce roman situé en Essex à la fin des années 1930. Nous suivons Viola Wither, jeune veuve, qui est contrainte de quitter Londres pour emménager chez son austère belle-famille. Au mépris des convenances, Viola flirtera avec Victor Spring, son amour de jeunesse, qui est sur le point de se marier.  
 

Avec ce portrait piquant de la bonne société anglaise, ce roman vintage pétillant vous fera passer un excellent moment. Un roman réjouissant tout désigné pour ce mois des amoureux.  

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

Le fantôme de la Mary Céleste

Le fantôme de la Mary Céleste

De Valérie Martin 
Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 
Le 4 décembre 1872, le navire Mary Céleste est retrouvé dérivant au large des Açores. À son bord, aucune trace de l’équipage. Débute alors la légende de ce célèbre navire. Pour le jeune écrivain Arthur Conan Doyle, cette disparition est une source d’inspiration inespérée. Pour Violet Petra, médium réputée dans les cercles huppés de Philadelphie, un cauchemar. Et pour le public de l’époque victorienne, un fascinant mystère.
 

Valérie Martin nous offre un roman choral maîtrisé et rédigé d’une jolie plume. Avec ce conte maritime mystérieux, vous lèverez les amarres et aurez l’impression d’entrer dans une toile de Turner. Très beau.

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque

couverture Les sautes d'humour de Winston Churchill

Les sautes d’humour de Winston Churchill

Textes réunis par Dominique Enright
Coup de cœur de Martine Paquin, technicienne en documentation
 
Winston Churchill avait un franc parlé légendaire et un très bon sens de l’humour. Ce livre répertorie ses meilleurs commentaires, coups de gueule et blagues. Par exemple : « Je ne déteste personne sauf Hitler, et c’est pour raisons professionnelles. » Pour revisiter l’histoire de ce grand homme de façon amusante.
 

Vérifier sa disponibilité à la bibliothèque