COVID-19 – Voir les dernières nouvelles et directives de la Ville relatives à la pandémie sur la page stbruno.ca/coronavirus.

Offres d’emploi

Offre d’emploi – Commis répartiteur, Direction des travaux publics

Cette offre d'emploi est expirée

Concours 2019-45

Date limite pour postuler : 16 juillet 2019

Description du poste et prérequis

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville est présentement à la recherche d’un ou une commis–répartiteur(trice). Relevant du contremaître à la division des ressources matérielles, la personne recherchée effectuera des tâches d’accueil, de répartition et de réception d’appels. La personne répond, traite et/ou achemine les demandes de services ou de renseignements, messages, requêtes, plaintes ou appels d’urgence provenant de citoyens, entrepreneurs, visiteurs ou employés de la Ville, etc. Ces demandes concernent les services offerts par la Direction des travaux publics incluant l’écocentre. Elle détermine les priorités d’urgence de ces demandes qu’elle reçoit sous différentes formes: en personne, véhicules routiers, ondes radio, téléphone, courriel, logiciel informatique et fait le suivi auprès du responsable.

Vous détenez :

  • Diplôme d’études secondaires (secondaire V);
  • De 3 à 6 mois d’expérience;
  • Bonne connaissance du français à l’oral et à l’écrit;
  • Qualités personnelles appropriées: approche-client, habiletés relationnelles, professionnalisme, intégrité, souci du détail, courtoisie, sens de l’organisation du travail et des priorités.

*Des tests reliés à la fonction seront administrés aux candidats postulants*

Conditions de travail

Salaire : 20,71 $/h

Horaire: 40 heures par semaine

Postuler pour cet emploi

Les personnes intéressées doivent faire parvenir leur curriculum vitae avant le 16 juillet 2019 en complétant le formulaire en ligne ci-dessous.

Seules les personnes dont la candidature aura été retenue seront contactées.

Bonjour Maxime,
Ci-dessous de l’information à ajouter à cette page, pour intégrer le questionnaire suivant :  https://stbruno.ca/publication-questionnaire-identification-loi-acces-egalite-emploi-organismes-publics.

Il faudrait que le formulaire accès égalité emploi soit inséré après la partie identification. 

 

Accès à l’égalité à l’emploi

La Ville de Saint-Bruno-de-Montarville souscrit à un programme d’accès à l’égalité à l’emploi . À cet effet, vous devez répondre aux questions du questionnaire d’identification dans le cadre de la Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics.

Le programme d’accès à l’égalité en emploi vise cinq groupes, soit les femmes, les membres des minorités visibles et des minorités ethniques, les autochtones ainsi que les personnes handicapées. Ce programme prévoit des mesures de redressement qui ont pour but d’augmenter la représentation de ces groupes et permet également de corriger certaines politiques et pratiques afin de faciliter l’accès et le maintien en emploi des personnes visées.

Veuillez répondre aux questions suivantes.

1. Sexe

Féminin   Masculin

2. Faites-vous partie des peuples autochtones du Canada?
Oui    Non

Pour les fins de l’application de la Loi, les Autochtones sont réputés être des Indiens, des Inuits ou des Métis du
Canada.

3. Faites-vous partie d’une minorité visible?
Oui   Non

Les membres des minorités visibles sont des personnes, autres que les Autochtones, qui ne sont pas de race ou de couleur blanche. À titre indicatif, voici quelques exemples de personnes qui sont considérées comme faisant partie d’une minorité visible au sens de la Loi (veuillez noter toutefois que cette liste n’est pas exhaustive) : noirs (Africains, Haïtiens, Jamaïquains, …), personnes originaires de l’Asie du Sud (Bengalis, Tamouls, Indiens de l’Inde, …),  Chinois (Hong Kong, Chine, Mongolie, …), Coréens,  Japonais, personnes originaires de l’Asie du Sud-Est (Vietnamiens, Cambodgiens, Thaïlandais, Laotiens, …), Philippins, autres personnes originaires des îles du Pacifique,  personnes originaires d’Asie occidentale et Arabes (Arméniens, Iraniens, Libanais, Marocains, Égyptiens, Turcs, …), Latino-américains (Brésiliens, Colombiens, Cubains, Péruviens, Guatémaltèques, …).

4. Faites-vous partie d’une minorité ethnique?
Oui   Non

Les membres des minorités ethniques sont des personnes, autres que les Autochtones et les personnes d’une minorité visible, dont la langue maternelle n’est ni le français ni l’anglais.
Pour les fins du présent questionnaire, la langue maternelle est celle que vous avez apprise en premier dans votre enfance et que vous devez encore comprendre pour faire partie d’une minorité ethnique. De plus, cette langue ne doit pas être le français ni l’anglais. À titre indicatif, voici quelques exemples de langues maternelles de personnes pouvant être considérées
comme faisant partie d’une minorité ethnique au sens de la Loi (veuillez noter toutefois que cette liste n’est pas exhaustive) : Allemand, Bulgare, Espagnol, Grec, Hongrois, Italien, Polonais, Portugais, Roumain, Russe, Ukrainien. 

5. Compte tenu de ce qui suit, êtes-vous une personne handicapée?
Oui   Non

La Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale (L.R.Q., c. E-20.1, a. 1) définit une « personne handicapée » comme suit : « …toute personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement
d’activités courantes. » Plus explicitement, une personne handicapée est une personne ayant une déficience (soit une perte, une malformation ou une insuffisance d’un organe ou d’une structure, de naissance ou acquise au cours de la vie) entraînant une incapacité (soit une réduction de la capacité à fonctionner sur le plan intellectuel, psychologique, physiologique ou anatomique d’une façon ou dans des limites considérées comme normales) significative (dont le degré de sévérité et de gravité rend impossible la restauration à un niveau normal des capacités de la personne par l’utilisation d’une prothèse telle que des lunettes, des lentilles cornéennes ou d’une prothèse auditive ou encore d’une orthèse telle que des semelles ou des
chaussures orthopédiques) et persistante (dont on ne peut prévoir la disparition) et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes.
À titre indicatif, voici quelques exemples de situations problématiques que les personnes qui ont des incapacités significatives et persistantes sont susceptibles de vivre
dans le contexte d’un emploi (veuillez noter toutefois que cette liste n’est pas exhaustive et qu’il ne s’agit pas de définitions légales) : difficulté à se servir de leurs mains ou de leurs bras, par exemple, pour saisir ou utiliser une agrafeuse ou pour travailler au clavier,  difficulté à se déplacer d’un local à un autre, à monter ou à descendre les escaliers, etc., incapacité ou difficulté à voir, à l’exception du port de lunettes ou de lentilles cornéennes, incapacité ou difficulté à entendre, incapacité à parler ou difficulté à parler et à se faire comprendre, difficulté à conduire un véhicule non adapté, difficulté à fonctionner sur le plan mental ou intellectuel.

Maxime, remplacer le titre Postuler par Identification. Il y aurait sans doute lieu d’ajouter la section Accès à l’information après.