COVID-19 – Pour prendre connaissance des dernières nouvelles et directives de la Ville, consultez la page stbruno.ca/coronavirus.

Actualités

Visite virtuelle : deux expositions du centre d’exposition du Vieux Presbytère dans le confort de votre foyer!

Saint-Bruno-de-Montarville, le 13 janvier 2020 – Les citoyens sont invités à découvrir ou redécouvrir les expositions de Karine Giboulo et de Giorgia Volpe, présentées à l’automne 2019 au centre d’exposition du Vieux Presbytère, dans le confort de leur foyer grâce à un projet pilote de visite virtuelle. La vidéo propose une véritable expérience immersive en explorant une perspective tridimensionnelle des lieux et par des images des œuvres cliquables favorisant leur juste appréciation.

« Cette initiative, découlant du Plan d’action pour l’intégration des personnes handicapées 2019-2020, poursuit un objectif de démocratisation de la culture en rendant l’art accessible à tous. Nul doute que ce projet saura plaire aux férus comme aux amateurs d’art. De plus, des travaux sont éventuellement prévus en 2020 au centre d’exposition du Vieux Presbytère pour le rendre davantage accessible aux personnes à mobilité réduite », a souligné le maire de Saint-Bruno, Martin Murray.

Réalisée par Déclik Communications, la visite virtuelle contribue à faire connaître les artistes, à immortaliser leurs œuvres et à archiver les expositions, leur conférant ainsi un statut permanent.  De plus, la vidéo 3D saura faire rayonner notre bâtiment patrimonial au-delà des frontières de Saint-Bruno.

Pour tous les détails du Plan d’action pour l’intégration des personnes handicapées 2019-2020 ou pour visionner la vidéo 3D, consultez le site Web stbruno.ca.

 À la découverte de Karine Giboulo, dans HYPERLand

Dans HYPERLand, l’artiste approfondit les différentes facettes du système sociétal global en ayant un regard sur les multiples dimensions du monde actuel. Elle effectue un recul face aux enjeux plus spécifiques comme les réalités cachées des cycles de production et de consommation. Les œuvres illustrent plusieurs volets de ce qu’il y a lieu de voir comme de la supercherie hypermoderne.

Karine Giboulo vit et travaille à Montréal. Depuis les dernières années, elle a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives, dont la foire internationale Pulse New York, où elle s’est vu décerner le second prix du jury dans le cadre du concours Impulse. Parmi ses plus récentes œuvres, All You Can Eat et Le village électronique font respectivement partie des collections du Musée des Beaux-Arts de Montréal et du 21C Museum de Louisville, dans l’État américain du Kentucky.

 À la découverte de Giorgia Volpe, dans Comme la lumière qui ne fait le tour

Comme la lumière qui ne fait le tour présente une série de dessins intimistes constitués de petits gestes. La pratique artistique de Giorgia Volpe porte sur les maintes réalités du corps et sa relation avec l’environnement. Cette pratique l’a conduite à des expérimentations sous plusieurs formes, qui mettent l’accent sur la notion de processus et sur la construction par la répétition, la variation et l’accumulation. À travers la métaphore du textile, elle accumule dans le présent des gestes porteurs de mémoire.

Née à Sao Paulo au Brésil, Giorgia Volpe s’installe à Québec en 1998. Artiste multidisciplinaire, elle est titulaire d’un baccalauréat en enseignement des arts plastiques de l’Université de Sao Paulo et d’une maîtrise en arts visuels à l’Université Laval. Elle a participé à plus de 140 expositions et elle a réalisé de nombreuses interventions publiques et résidences d’artistes au Brésil, à Cuba, au Canada et en Europe.

– 30 –